TÉLÉCHARGER SHARKS SILENCIEUX ET MORTELS

Et je ne parlerais pas du final qui est plus que prévisible et ne surprend en aucun cas. L’Enfer – Film entier. Une seule question qui mérite à se poser personnellement: Pour écrire un commentaire, identifiez-vous. Toutes les meilleures intentions du monde ne peuvent pas lutter contre Dame Nature… Alors, une semaine plus tard, on a essayé de retourner la scène. Ce n’est pas une répétition de dialogues, c’est juste la même scène incluse deux fois presque à la suite! Quand le squale attaque, la caméra tremble.

Nom: sharks silencieux et mortels
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 69.80 MBytes

Avec tant de CGI dans les ce genre de films, c’est plus amusant à tourner que des effets de maquillage ou de latex? Mais l’asile de fou vient de frapper un grand coup car non seulement « L’attaque du requin à deux têtes » bouscule ses rivaux sans complexes, mais il vient en plus s’imposer dans le classement de tête du cinéma involontairement drôle et définitivement attachant. Ce qui est le plus drôle,sur la jaquette du DVD est écrit que les effets spéciaux sont bluffants. Dans le genre, le scénario est nul, les effets spéciaux sont nuls, le tournage est nul, les acteurs sont nuls, 10 sur 10! A ce sujet, il est important de souligner l’absence du respect des proportions dans la plupart des productions The Asylum. Celle que je garde en tête et la scène avec les deux filles et le garçon sur la plage déserte. Ce film est le film le plus nul de tous les temps!

Comment se procurer ce film? Consulter sa cote de rareté. Les 25 dernières chroniques. Tous les films de A à Z.

sharks silencieux et mortels

Two Headed Shark Attack Titres alternatifs: Sharks, silencieux et mortels Réalisateur: Christopher Douglas Olen-Ray Année: Inutile de peser les mots, de prendre morteos pincettes ou de choquer la Denise, « L’attaque du requin à deux têtes » explose le pont-levis et pénètre de façon éhontément hardie dans la forteresse du nanar, y hissant son pavillon tout en haut de la tour, même s’il n’est pas improbable qu’il en sera décroché dans un avenir proche par d’autres concurrents, bien que la bataille sera rude.

Christopher Douglas Olen-Ray le fils de Fred, ce grand pourvoyeur en friandises silenfieux depuis le début des années quatre-vingt et lui-même réalisateur d’un récent « SuperShark » de bon niveau de bêtise assumée signe ici un monument de n’importe-quoi qu’il semble de toute façon impossible de prendre au sérieux, ou alors les producteurs de The Asylum mériteraient vraiment d’y être enfermés.

Si les responsables du studio nous avaient déjà épatés avec leur innombrables et improbables attaques d’animaux exagérément géants, il fallait toujours composer avec un humour certes douteux mais indéniablement prégnant.

Aussi, la plupart du temps, ces films étaient mauvais comme le désastreux  » Mega Piranha  » incapable de prêter à rire de lui-même et se suivant douloureusement dans une indifférence vulgaire.

Nous respectons votre vie privée

Fort heureusement, les plus amusants  » Megashark contre la pieuvre géante «  »Megapython contre Gatoroïd » et, plus proche de nous, « Megashark l’increvable requin nucléaire contre le crocosaure » rassuraient sur l’ambition de The Asylum de devenir le porte-étendard de la série Z ouvertement parodique à base de monstres mutants.

D’autant plus que la concurrence est bien agressive puisque d’autres sociétés de production se disputent le marché et les  » Sharktopus « , « Supershark » et tout dernièrement l’hilarantissime « Sand Sharks, les dents de la plage » tiennent la dragée haute aux suarks produits par le brave David Michael Latt plus que la super skunk.

Mais l’asile de fou vient de frapper un grand coup car aharks seulement « L’attaque du requin à deux têtes » bouscule ses rivaux sans complexes, mais il vient en plus s’imposer dans le classement de tête du cinéma involontairement drôle et définitivement attachant. Nos gens, le gros trou.

Pourquoi vaut-il mieux prendre une petite laine avant de se battre? Parce que le tweed aide chaque attaque. Fidèles à leurs habitudes, les responsables du studio recrutent des « têtes d’affiche » ayant connu leur petite gloire dans des temps anciens. Ils misent également sur la jeune Brooke Hogan, que l’on retrouve aussi en mode Christmas Jones dans « Sand Sharks, les dents de la plage »!

O’Connell et Electa incarnent le couple Babbish, professeurs de leur métier bonjour la crédibilitéprenant en charge un groupe d’étudiants venus apprendre le grand bleu à bord d’un bateau de plaisance, le Sea King, ce qui est tout à fait habituel dans le cadre scolaire américain, j’imagine. A l’exception cependant de deux jeunes, Kate et Paul, plus attentifs que les autres. Leur cours en haute mer est interrompu par le cadavre d’un requin blanc de belle taille en partie dévoré, justement par le squale bicéphale du titre que l’on aura aperçu lors du prologue dans toute sa splendeur numérique, boulottant silenciekx passage deux skieuses nautiques et les trois occupants du hors-bord qui les tractait.

Ce qui élève le nombre de victimes à cinq en l’espace de trois minutes. Bref, le poisson mort vient heurter la coque du Sea King avant de s’encastrer dans les hélices au point de bien les abimer et de rendre la navigation impossible. Isolés en pleine mer, notre petit groupe est inquiet jusqu’à ce que Kate remarque une petite île à environ un kilomètre de là. A ce sujet, il est important de souligner l’absence du respect des proportions dans la plupart des productions The Asylum.

  TÉLÉCHARGER SKYPE BRUTE ATTACKER GRATUIT

Par exemple, le requin à deux têtes est énorme mais néanmoins silenxieux de nager dans un mètre d’eau sans que personne ne l’ait repéré, tout comme sa taille a tendance à grandir ou à rapetisser selon ses attaques et les endroits où il se trouve.

Une subtilité permettant aux scénaristes soyons indulgents de le faire intervenir de manière impromptue dans des lieux en apparence inaccessibles. Il est d’ailleurs presque étonnant qu’il ne vole pas ni ne s’exprime mottels un langage châtié. Beauty and the geek. Carmen Electra, une water prof!

Sharks, silencieux et mortels

Bref, la fine équipe débarque sur le lopin de terre, pour délester le bateau le temps que Linda, qui fait office de capitaine, répare les avaries. Pour la première fois, Madame Babish prend la parole et, entre deux passages de main dans les cheveux pour se recoiffer elle le fera une bonne vingtaine de fois durant le filmdéconseille sans que l’on sache trop pourquoi à son mari d’aller sur l’île.

Mais il ne l’écoute pas et emmène les jeunes sur place. La petite troupe débarque et découvre un endroit visiblement abandonné. Pendant ce temps-là, Carmen bronze sur le pont du bateau, l’occasion d’être filmée sous toutes les coutures et justifier son cachet, tandis que Linda et les deux hommes de main s’occupent des réparations. Les uns triment, les autres pas. La dure loi de la notoriété à Hollywood. C’est enfin l’occasion, après vingt bonnes minutes de cache-cache pour notre requin à deux têtes ou nos requins à un corps, c’est selon de venir semer la pagaille et se restaurer tranquillement sous le soleil des mers de Floride.

Car le squale a faim et quand il s’attaque à ses victimes, il les broie littéralement avant de les avaler, à la manière des poissons carnivores de « Peur bleue » dont les séquences de festins sanguinaires ont visiblement inspiré celles de « L’attaque du requin à deux têtes », le talent en moins. Et pendant ce temps, le professeur Babish et ses étudiants se rendent compte avec stupeur que l’atoll est maintenu sous l’eau par un ban de corail en train de s’effriter, entraînant la progressive et inexorable plongée vers les profondeurs de la petite île.

Et le monstre géant rôde, deux fours béants et six-mille dents acérées prêts à écharper la moindre proie! Quand on se moque de lui avec des boulettes de semoule et de farine Quand le bus a plus de points avec de la moutarde à base d’extraits de flotte sale Car mène en Maille eau de bain. La tentation serait grande de vous dévoiler tout le film, tant pratiquement chaque minute contient quelque chose d’amusant, ou selon les sensibilités, de navrant.

Mais je ne résisterai pas à la tentation de vous résumer quelques événements importants du film dont le non-sens tutoie la perfection. Note de la Rédaction: Que les amateurs de beau langage – Morsay en tête – nous le pardonne. Les amoureux qui s’bécotent sur les bancs publ Et si on restait dans l’eau plutôt que de grimper sur les rochers à trois mètres derrière nous? J’peux devenir ta copine, dis? Tu veux bien, dis?

J’en passe et des pires. Honnêtement, le film de Christopher Olen-Ray en remontre à la plupart des nanars existants et atteint à plusieurs reprises les cimes Philippe Castelli n’était pas disponible de classiques comme par exemple  » Crocodile Fury « ce qui n’est pas rien. The Asylum se fiche de tout, à partir du moment où leurs productions font parler d’elles et se vendent de par le monde ce qui est généralement le cas.

Une politique qui les pousse à jouer la carte de la surenchère dans la bêtise et les séquences hautement improbables.

Ici, le montage est complètement raté. Certes, le film s’avère bien rythmé et jamais ennuyeux, mais les faux raccords sont légions, et il n’est pas rare de distinguer la civilisation au détour d’un plan alors que le Sea King et ses occupants sont supposés être perdus au milieu du grand nulle part.

Les monteurs n’hésitent jamais non plus à nous resservir le même plan plusieurs fois d’affilée, quitte à fausser la chronologie des événements. Ainsi, une victime se fera happer par les quatre mâchoires voraces et dans l’image suivante, la bestiole cannibale est filmée les gueules vides et comme par magie, l’infortuné morceau de viande humaine se retrouve instantanément dans le troisième plan!

Un plan répété au moins trois fois au moins trois fois! La mise en scène est du même acabit. Pas de tarabiscotages à la David Fincher ou à la Zack Snyder: Ici, quand la terre tremble, la caméra tremble.

Quand le squale attaque, la caméra tremble. Quand rien ne se passe, la caméra ne tremble pas. Net, clair et précis. Aussi, lors d’un passage dialogué entre plusieurs acteurs, Olen-Ray se contentera de passer d’un personnage à l’autre sans perdre de temps à monter ses séquences. Tourné durant la deuxième semaine du mois d’août en Floride pour une sortie programmée en Janvier dernier, « L’attaque du requin à deux têtes » a été bien vite mis en boite.

  TÉLÉCHARGER MAJNOUN RAMY AYACH MP3 GRATUIT

Ainsi aura-t-on l’impression d’assister à la projection d’une sorte de nouveau film d’Ed Wood, comme si ce dernier était revenu d’entre les morts. Ainsi, les décors sont étriqués, une cabane avec une lance de pèche et deux ou trois pots de terre cuite symboliseront l’ancienne civilisation disparue de l’atoll, l’île n’est pas la même selon les plans l’absence de palmiers à un endroit tandis qu’ils ont miraculeusement poussé entre deux prises est à ce titre significativele « 2-headed shark » dont on ne connaitra jamais les origines n’est parfois pas entièrement finalisé, une sorte de voile se sang de synthèse vient masquer certaines attaques du monstre en partie cachées par manque de budget et quand ce dernier dévore en gros plan ses victimes, les pontes de The Asylum se sont royalement fendus d’un créature de latex aux dents toutes molles,enfin pas dans son intégralité puisque seules les deux têtes ont eu droit à ce traitement de faveur.

Le plastique, c’est fantastique. Le caoutchouc super mou-oooou! Peut-on parler de comédiens dans « L’attaque du requin à deux têtes »?

La question reste posée. Il s’agissait ici de caster de jeunes gens bien faits, des garçons musclés et des filles plantureuses chassez le naturel, il ne va pas revenir!

Ont-ils du passer des auditions? Rien n’est moins sûr dans la mesure où ils sont tous presque unanimement mauvais. Carmen Electra ne sert à rien d’autre que de se montrer en mini-short et débardeur qu’elle enlèvera le temps d’une séquence de bronzage filmée comme une publicité Ultra-brite des années quatre-vingt, ne possède que très peu de lignes de dialogues et les monteurs iront jusqu’à inclure deux fois en moins d’une minute un même passage dans lequel elle hurle à deux jeunes s’approchant en hors-bord de s’éloigner du bateau.

Ce n’est pas une répétition de dialogues, c’est juste la même scène incluse deux fois presque à la suite! Charlie O’Connell n’a pas le talent de son frère Jerry, avec qui il partageait l’affiche le temps d’une saison de « Sliders, les mondes parallèles ». C’est un costaud avec une bonne tête carrée d’américain et une voix dont le timbre laisse penser à un attardé mental.

Regardez Sharks silencieux et mortels avec Molotov

S’il est supposé être le héros du film, son rôle s’avère plutôt apathique car, bien vite blessé, il demeure en retrait et ne participe jamais clairement à l’action. C’est finalement l’actrice qui s’en sort sans doute le mieux, enfin mieux que les autres en tout cas.

Sielncieux pas qu’elle mérite un prix d’interprétation mais au moins elle fait l’effort d’essayer de jouer. Son personnage de bimbo qui en a dans la tête est effectivement ridicule, surtout quand elle évoque son trauma lié à la peur de l’eau et des requins, alors qu’elle se retrouve souvent la première dans l’eau!

Une incohérence d’une grande morgels, mais qui participe pleinement à l’esprit du film. Le comédien s’en sort relativement bien avec un rôle sobre et en retrait. On ne pourra hélas, ou au contraire sarks mieux, en dire autant de leur camarades, archétypes des lycéens américains comme on en voit des centaines au cinéma ou à la télévision.

Ils jouent tous très mal, prennent des poses avec affectation, semblent pour certains peu concernés mmortels les dramatiques événements qui se déroulent sous leurs yeux, tandis que d’autres s’avèrent incapables de réciter correctement leur texte, ou peinent à trouver la bonne attitude à adopter par rapport à ce qu’ils doivent dire, le cas de Corinne Nobili illustrant parfaitement le propos.

sharks silencieux et mortels

Le casting, content de partir se faire dorer la pilule en Floride photo de tournage. Mais que les acteurs de « L’attaque du requin à deux têtes » ne soient pas bons n’est absolument pas un problème. Que la mise en scène soit désastreuse, les effets spéciaux ratés quoique le monstre fait parfois illusionle montage chaotique et le scénario catastrophique non plus! Le charme du film réside dans son hilarante ambition évidemment assumée de se tirer une balle dans la nageoire.

On en vient même à se prendre d’affection pour ces pauvres requins partageant le même corps, et à souhaiter qu’ils mortela pas d’indigestion avec tout ce silicone et ces produits dopants avalés l’espace d’une heure vingt-sept. Surtout qu’il est gourmand, le bougre! Vingt-six victimes au compteur, c’est un bon score. Voici la traduction de l’interview du réalisateur Christopher Douglas Olen-Ray, menée par Alex Coare et parue dans le numéro de Mars de ma revue spécialisée britannique Scream Magazine: